Montage Service Derat.jpg

Dératisation

Dératisation
Dératisation

Les interventions de dératisation ont pour but de maîtriser la population des rongeurs, nuisibles pour l’homme et son environnement, selon des méthodes et fréquences adaptées aux espèces et aux lieux de traitement.

Les prestations sont réalisées soit sous la méthode traditionnelle soit sous la méthode connectée, selon le protocole de traitement toxique des rongeurs « Mise en conformité règlementation NPB ».

Les entreprises de lutte anti-parasitaire ont l’obligation de déclarer leur personnel certifié (Arrêté du 9 octobre 2013 relatif aux conditions d’exercice de l’activité d’utilisateur professionnel et de distributeur de certains produits biocides).

Rat 2.jpeg

Dossier technique lutte raisonnée contre les rats et souris

ESPECES :

Les trois espèces traitées ici :

  • Le Surmulot (Rattus Norvegicus) ou Rat d’égout, vit de préférence dans les lieux humides. Il creuse terriers et galeries dans les sous-sols des bâtiments, les égouts ou les abords immédiats des habitations. Il est omnivore. (voir planche 1)

 

  • Le Rat Noir (Rattus Rattus) ou Rat des Greniers, infeste parties hautes et sèches des bâtiments, dans les charpentes, sur le faîte des murs, dans les espaces entre plafonds et planchers. Dans le Midi, on le rencontre aussi à l’extérieur, nichant même dans certains arbres. Il est frugivore, granivore non exclusif. (voir planche 2)

 

  • La Souris (Mus Musculus) peut nicher partout, dans les locaux habités ou non, des caves aux greniers. Grâce à sa petite taille, elle s’insinue facilement dans les faux plafonds, doubles cloisons, tiroirs... Elle est omnivore. (Voir planche 3)

 

Constat d’évolution des mœurs (villes et campagnes) :

  • absence de traitement ou de suivi dans de nombreux locaux.
  • modification du climat.

  • absence de traitement préventif pour les souris.

  • contraintes économiques du coût d’un traitement.

 

NUISANCES : 

Les rats et les souris rongent, consomment et souillent par leurs excréments ce qu’ils ne mangent pas, le rendant ainsi impropre à la consommation.

Ces animaux font donc beaucoup plus de dégâts qu’ils ne consomment, et toute denrée souillée ou 

attaquée doit être absolument jetée.

 

Ils s’attaquent aux matériaux isolants, câbles, gaines, fils électriques, provoquant ainsi pannes, courts- circuits, incendies et nuisances sonores.

 

Directement ou par leurs parasites, ils sont à l’origine de nombreuses maladies, qui peuvent être graves, transmises à l’homme et aux animaux domestiques :

  • par morsure : le tétanos, la streptobacillose, la pasteurellose et des infections secondaires de la plaie

  • par l’urine : très couramment la leptospirose (maladie des égoutiers)

  • par les puces : le typhus murin, la salmonellose, des fièvres hémorragiques ou la peste.

Il faut toujours avoir à l’esprit que ces rongeurs  sont des commensaux dangereux pour l’homme et  les animaux domestiques, et que les risques liés à leur présence sont très importants et les conséquences graves.

OBLIGATION DE TRAITEMENT :

DEMARCHE HACCP

«Les propriétaires et gérants ont l’obligation de s’assurer que les aliments qu’ils produisent ou qu’ils distribuent ne soient pas contaminés par les germes infectieux ou parasitaires transmis par les rongeurs. Ils ont le choix des moyens. Cependant, la méthode la plus efficace est l’intervention d’un professionnel compétent. »

RONGEURS

En raison des dégâts et dangers que les rats et les souris présentent, les propriétaires d’immeubles ou établissements privés, les directeurs d’établissements publics doivent prendre toutes mesures pour éviter l’introduction des rongeurs et tenir constamment en bon état d’entretien les dispositifs de protection ainsi mis en place.

 

Ils doivent, conjointement avec les locataires ou occupants, vérifier périodiquement si les caves, cours, égouts particuliers, entrepôts, locaux commerciaux, locaux à poubelles, logements des animaux domestiques, etc... ne sont pas envahis par ces nuisibles et faire évacuer tout dépôt de détritus et déchets susceptibles de les attirer.

 

Lorsque la présence de rongeurs est constatée, les personnes visées aux alinéas ci-dessus sont tenues de prendre sans délai les mesures prescrites par l’autorité sanitaire en vue d’en assurer la destruction et l’éloignement. La même obligation s’impose lors de la démolition des immeubles ainsi que sur des chantiers de construction».

En raison des dégâts et dangers que les rats et les souris présentent,

«Les propriétaires d’immeubles ou établissements privés, les directeurs d’établissements publics doivent prendre toutes mesures pour éviter l’introduction des rongeurs et tenir constamment en bon état d’entretien les dispositifs de protection ainsi mis en place.

 

Ils doivent, conjointement avec les locataires ou occupants, vérifier périodiquement si les caves, cours, égouts particuliers, entrepôts, locaux commerciaux, locaux à poubelles, logements des animaux domestiques, etc, ne sont pas envahis par ces nuisibles et faire évacuer tous dépôts de détritus et déchets susceptibles de les attirer.

 

Lorsque la présence de rongeurs est constatée, les personnes visées aux alinéas ci-dessus sont tenues de prendre sans délai les mesures prescrites par l’autorité sanitaire en vue d’en assurer la destruction et l’éloignement. La même obligation s’impose lors de la démolition des immeubles ainsi que sur des chantiers de construction».

MIS EN OEUVRE DU PLAN D’ACTION

Une inspection préalable minutieuse permettra d’élaborer un plan d’action adapté et différent selon les lieux et les cibles. Avant d’établir le plan d’action, le technicien réalisera un diagnostic en examinant les traces de passage, le nombre, la forme et la taille des crottes, la nature et l’étendue des dégâts occasionnés. Il en déduira la nature des rongeurs incriminés, le niveau et la source d’infestation ainsi que les facteurs favorisant le développement de ces populations. L’origine de l’infestation est d’autant plus importante à repérer que les rongeurs ne nichent pas obligatoirement sur les lieux où sont constatés les dégâts. Le plan d’action associe des méthodes visant à éradiquer les rongeurs à des méthodes tendant à rendre le milieu plus hostile pour freiner leur développement ultérieur.

 

Cet état des lieux initial permet ainsi la définition d’un programme de lutte préventif ou curatif.

Les solutions proposées et leurs suivis périodiques seront adaptés à chaque site diagnostiqué, en fonction de son activité et de son environnement.

En cas de présence de rongeurs constatée, une prestation de traitement curatif sera étudiée et proposée. 

L’utilisation de produits rodonticides doit être documentée par la justification de présence de rongeurs, : photos, pièges, traces, indiqués dans le rapport de visite.

 

Mise en place de postes sécurisés et connectés avec des appâts rodonticides (contrôle à distance 7j/7 – 24h/24)

Mise en place de postes sécurisés équipés de placebo avec un contrôle régulier.